Minimalisme

L’art minimaliste occupe une place grandissante dans mon cœur et s’intègre délicatement à ma démarche artistique.

Cherchant à mettre en avant l’idée que même avec peu d’éléments il est possible de véhiculer des histoires riches, mes photos visent à communiquer des messages à travers des scènes où seuls les éléments essentiels sont mis en lumière, mettant quelques fois en reliefs les textures, les matières et les détails souvent insignifiants.

Comme une invitation à regarder plus loin que ce que l’on voit, cette approche exige parfois une exploration au-delà de ce qui est immédiatement perceptible en s’aventurant quelquefois dans l’opposition entre l’infiniment grand et l’infiniment petit. Attirée par ce contraste, j’aime capturer des moments qui révèlent la beauté et la complexité de notre monde.

Le style minimaliste émerge comme un contraste entre les tourments de mon esprit et ce profond désir de simplicité et d’authenticité. Des valeurs forgées au fil de mes voyages. Vivre avec peu, c’est embrasser l’essentiel.

Contempler ces images épurées apaise mon esprit et j’ai le sentiment profond que les vides, ces espaces négatifs qui ponctuent mes clichés, reflètent ma solitude, compagne fidèle de ma vie. Un voyage solitaire, une profession solitaire, une existence imprégnée de solitude, tel ce silence nécessaire pour écouter mes pensées et en saisir l’essence : ma propre vérité.

Black & White

Les photographies minimalistes sont souvent en noir et blanc pour plusieurs raisons. Tout d’abord, pour exprimer la simplicité : se concentrer sur l’essentiel en éliminant toute distraction liée aux couleurs. Sans couleurs, tout devient plus prononcé. On oscille entre les ombres et les lumières, ce qui attire davantage l’attention sur la composition. Le jeu de contrastes met en évidence les formes, les textures et les lignes. De plus, le noir et blanc peut évoquer des émotions plus intenses ou créer des atmosphères particulières, liées à la nostalgie, la solitude ou l’apaisement.

Une quête incessante de perfection.

Dans ma vie quotidienne comme dans mon travail, je suis de nature perfectionniste et bien souvent dans le contrôle. Cela m’avantage lorsqu’il s’agit de produire un travail de qualité, mais peut aussi devenir un frein qui m’empêche souvent d’avancer. En cherchant constamment la perfection, ou plutôt en cherchant toujours à faire mieux, je n’arrive parfois pas à dire « stop » et à me satisfaire de ce que j’ai réalisé. Le manque de confiance en moi exacerbe cette tendance perfectionniste, nourrie par la peur de ne pas être à la hauteur.

Photographier les animaux m’apporte cette dose de lâcher-prise grâce à l’imprévisibilité de leurs comportements. Ce sont eux qui imposent le rythme. Les capturer de manière épurée dans un style minimaliste me permet de trouver un certain équilibre, entre lâcher-prise et contrôle. En effet, ce travail photographique nécessite une réflexion approfondie avant d’appuyer sur le déclencheur, me procurant ainsi cette part de maîtrise et de précision.